Dans le radar de Liberté

La nouvelle bibliothèque portera le nom de Mohamed Arkoun


Suite à une décision conjointe du ministère de la Culture et la wilaya de Tizi Ouzou, la future bibliothèque principale de lecture publique de Tizi Ouzou portera officiellement le nom du regretté professeur Mohamed Arkoun, éminent philosophe, historien, islamologue natif de la région de Béni Yenni.
Selon un communiqué de la Direction de la culture de la wilaya de Tizi Ouzou, la cérémonie de baptisation aura lieu lors de la prochaine inauguration
de cette grande bibliothèque prévue au cours du
1er semestre 2014.

-----------------------------------------------------------------

 

 

La bibliothèque de lecture publique baptisée Mohammed Arkoun

 

La dépêche de Kabylie du 24 10 2013

Tizi-Ouzou : à l’occasion de la célébration de la Journée nationale de la presse

La bibliothèque principale de lecture publique de la wilaya de Tizi-Ouzou sera baptisée du nom du grand penseur, philosophe, historien et islamologue algérien, Mohammed Arkoun, a annoncé, mardi, le wali de Tizi-Ouzou.

 

Intervenant à l’occasion de la célébration de la Journée nationale de la presse, organisée à la maison de la culture, M. Abdelkader Bouazghi a expliqué qu’il s’agit d’une décision prise conjointement par lui-même et la ministre de la Culture, Khalida Toumi, afin de rendre hommage à cette « grande personnalité algérienne qui a marqué de ses idées la pensée moderne ». Cette décision répond au souci de pérenniser la pensée de Mohamed Arkoun, un enfant de la localité d’Ath Yenni, « humaniste et militant actif du dialogue entre les religions, les peuples et les hommes », a ajouté le chef de l’exécutif. Pour sa part, le directeur de la culture, Ould Ali El Hadi, a observé que « baptiser cette structure au nom de Mohammed Arkoun est une forme de reconnaissance pour son travail, son dévouement pour la culture et son apport considérable pour les sciences humaines ». La bibliothèque principale de lecture publique de Tizi-Ouzou, qui sera réceptionnée au premier trimestre de l’année 2014, « a été conçue dans une optique d’ouverture de la pensée et du savoir, et portera donc l’emblème de la pensée engagée en faveur de la paix », a ajouté ce responsable. Mohammed Arkoun est né le 1er février 1928 à Taourirt Mimoun (Ath Yenni). Après des études primaires dans son village natal, puis secondaires dans la wilaya d’Oran, il étudia la philosophie à la Faculté d’Alger. Il poursuivra ses études supérieures à la Sorbonne à Paris (France) où il sera agrégé en langue et en littérature arabes en 1956, et docteur en philosophie en 1964. Il fut, entre autres, professeur émérite d’histoire de la pensée islamique à la Sorbonne (Paris III), et enseigna l’"islamologie appliquée", discipline qu’il a développée dans diverses universités européennes et américaines. Il plaidait pour un Islam repensé dans le monde contemporain et récusait « toute manipulation des textes religieux à des fins idéologiques », insistait-il. Il a souvent démontré l’importance de la pensée arabo-islamique à l’époque classique, l’âge d’or qui a connu le débat rationnel et l’espace ouvert à la pensée humaniste innovatrice. Epoque qui a permis l’émergence de grands penseurs musulmans dans plusieurs domaines (religieux, philosophiques, littéraires et scientifiques). Mohammed Arkoun a joué un rôle significatif dans le progrès de la connaissance de l’Islam en Occident. Il est décédé le 14 septembre 2010, à Paris.

 

Retour à l'accueil