Communiqués de la famille Arkoun :

 

du 17/09/10

Suite au décès, le 14/09/2010 à Paris, du Professeur Mohammed Arkoun, sa famille, frères et sœurs résidants en Algérie, les citoyens de Taourirt Mimoun et d’At Yenni, avec l’appui de quelques personnalités, ont conjugué tous leurs efforts à l’effet de rapatrier le corps du défunt vers sa terre natale. Les nombreux appels adressés dans ce sens à son épouse, d’origine marocaine, n’ont malheureusement reçu aucun écho favorable de la part de celle-ci.


Le Professeur Arkoun est donc inhumé ce jour vendredi 17 septembre 2010 à Casablanca, sa famille se voit ainsi privée de faire son deuil, de même que les nombreux citoyens algériens admirateurs de ses idées ainsi que la population d’At Yenni ne pourront pas rendre un dernier hommage au défunt à l’endroit où ce dernier a toujours souhaité être enterré.


La famille Arkoun aurait souhaité qu’à titre de reconnaissance, les autorités algériennes compétentes réagissent pour que le Professeur Arkoun repose chez lui à Taourirt Mimoun.

Que les citoyens d’At Yenni, notamment ceux de Taourirt Mimoun ainsi que les proches et amis du défunt trouvent ici le témoignage de notre reconnaissance pour leur aide et leur soutien dans ce moment particulièrement douloureux.

                                                      

                                              P/ la famille : Ameur Arkoun, frère du défunt.

  

Pétition

 

famille Arkoun du 16/09/10.


Suite au décès, le 14/09/2010 à Paris, du Professeur Mohammed Arkoun, la famille du défunt, frères et sœurs résidant en Algérie, s’oppose de la manière la plus ferme et la plus énergique au rapatriement du corps vers le Maroc.     


Mohammed Arkoun a toujours mis en avant la Raison dans sa démarche intellectuelle et il est alors difficile de cautionner la décision de l’épouse, prise dans un moment certes, particulièrement douloureux. Il n’en demeure pas moins que la famille Arkoun ainsi que les très nombreux citoyens algériens et admirateurs de ce grand intellectuel, tout particulièrement ceux de la commune de Beni Yenni, se voient ainsi privés de rendre un dernier hommage au défunt à l’endroit où ce dernier a toujours souhaité être enterré.


C’est pourquoi la famille Arkoun adresse un dernier appel à son épouse et sollicite les autorités algériennes compétentes  pour faire en sorte que le corps du Professeur Arkoun rejoigne sa terre natale.

 

 

message du 15/09/10 

 

Suite à l’annonce du décès du Professeur Mohammed Arkoun, le mardi 14 septembre 2010 à Paris, à l’âge de 82 ans personnalité illustre, de renommée mondiale, né à  Beni-Yenni en 1928, mes pensées vont pour sa famille marquée par la perte d'un être cher. Par ailleurs les légitimes souhaits et demande de ses frères et sœurs qui voudraient l’enterrer dans sa terre natale à Taourirt Mimoun Ath-Yenni en Algérie à coté de son ami Mouloud Mammeri et de ses aïeuls, trouvent ici un soutien de tous les instants.


C’est, en effet à At-Yenni qu’il avait construit une maison pour y passer ses derniers jours (l’insécurité l’en a empêchée) et être enterré, à "AWSAF" comme il en avait fait le vœu dans les lettres qu’il avait écrites à son frère.  

   

Retour à l'accueil