Naissance : Le 1er février 1928 à Taourirt Mimoun  Beni-Yenni "At Yenni" Wilaya de Tizi Ouzou)

Etudes primaires à Taourirt Mimoun, puis Ain El Arba, village de l’oranais, relevant aujourd’hui de la Wilaya de Ain Témouchent, où son père tenait une petite épicerie (1935-1941).

Etudes complémentaires au collège des Pères Blancs d’Ait Larba,  Beni-Yenni "At Yenni" (1941-1945).

Etudes Secondaires à Oran au collège Ardaillon puis au Lycée Lamoricière (1945-1948).

Etudes Supérieures à Alger où il obtient, en 1952, une licence en langue et littérature arabe.  Professeur d’arabe au lycée d’El Harrach (1953-1954).

Agrégation d’arabe et Doctorat  à Paris (1955-1961). 

    

Mohammed Arkoun a enseigné comme professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Strasbourg (1956-1959), comme maître-assistant à la Sorbonne (1961-1969), professeur associé à l'université de Lyon II (1969-1972), puis comme professeur à l'université Paris VIII et à Paris III - Sorbonne Nouvelle (1972-1992).

 

A partir de 1993, Mohammed Arkoun est professeur émérite à Paris III - Sorbonne Nouvelle, associé senior à la recherche à l'Institut d'études ismaéliennes (The Institute of Ismaili Studies, (IIS)) et membre du Conseil supérieur de l’administration de l'IIS.

Il a été membre du Wissenschaftskolleg de Berlin (1986-1987 et 1990) et de l'Institute for Advanced Studies de Princeton, dans l'État du New Jersey aux États-Unis (1992-1993), professeur affilié de l'université de Californie à Los Angeles (1969), du Temple University, de l'université de Louvain-la-Neuve (UCL) en Belgique (1977-1979), de l'université Princeton (1985), du Pontifical Institute of Arabic Studies à Rome et à l'Université d'Amsterdam (1991-1993). Il a également dispensé de  nombreux cours et conférences à travers le monde.

 

Mohammed Arkoun a été membre du Comité directeur puis du Jury du Prix Aga Khan d'architecture (1989-1998), du Jury international du Prix UNESCO de l’éducation pour la paix (2002), et du Conseil scientifique du Centre international des sciences de l’homme de Byblos (Liban, UNESCO).

 

Il est fait, en juillet 1996, officier de la Légion d'honneur, puis officier des Palmes académiques. L'université d'Exeter (Royaume-Uni) lui attribue ensuite le titre de docteur honoris causa. En 2001, Mohammed Arkoun est invité à donner les « conférences de Gifford » (Gifford Lectures) à l'université d'Édimbourg (Écosse), qu'il intitule « Inauguration d'une critique de la raison islamique » (Inaugurating a Critique of Islamic Reason), un des honneurs les plus prestigieux dans le milieu universitaire, permettant à un chercheur de grande renommée de contribuer à l'« avancement de la pensée théologique et philosophique ». Il a reçu en 2002 le 17e « Giorgio Levi Della Vida Award » pour l'ensemble de ses contributions dans le domaine de l'étude islamique. Il a été en 2003 lauréat du Prix Ibn-Rushd.

Décédé  le 14 septembre 2010 à Paris, France, inhumé le 17 à Casablanca, Maroc.

                                                                  Ameur Arkoun

Retour à l'accueil